20 févr. 2012

Cuisinista, yen a !

Tout comme une fanatique de la mode est une fashionista je revendique un néologisme pour les fanatiques de la bouffe et de tout ce qui s'y rapporte: les cuisinista !

Oui oui, la Cuisinista existe, c'est une espèce à part entière et pas du tout en voie de disparition si j'en juge les divers forum que je fréquente ou ai fréquenté, et si vous êtes encore dubitatifs laissez-moi vous en brosser le portrait :

Tout comme la  fashionista hante inlassablement le net à la recherche de THE petite robe de-la-mort-qui-tue sans jamais se lasser, la cuisinista ne reculera devant rien (et je dis bien RIEN !) pour trouver THE recette de la tarte au citron meringuée de-la-mort-qui-tue et fera ce qu'il faut pour arriver à la mettre dans son assiette quoi qu'il en coute...

Vous me direz : Mais ne pourrait-elle pas plutôt partir en quête de THE pâtissier de-la-mort-qui-tue qui pourrait la lui faire cette fameuse tarte au citron meringuée? Et bien non vous n'avez rien saisi à la psychologie légèrement névrotique mais néanmoins attachante de la Cuisinista !

Pour que ça soit bon il faut qu'elle le fasse elle même, de A à Z, avec les produits qui vont bien (qu'on ne trouve qu'à 800 km ou sur internet bien sur: il faut le meilleur sinon rien), le moule de compétition en tôle bleuie avec fond amovible (car si le pâtissier travaille avec ça, il le lui faut, celui la et pas un autre destiné à la vile cuisinière de base), le robot de compétition qui fait tout sauf la vaisselle (il faut un minimum pour travailler dans de bonnes conditions quand on vise l'excellence) et cuit dans THE four vapeur-multi-pyrolyse à piston (bien sur!). Rien ne l’arrête, à tel point qu'elle torréfie elle même son café, pétri elle même son pain au levain et fabrique son eau gazeuse : on est Cuisinista ou on ne l'est pas, aucune demi-mesure n'est admise!

La frénésie hautement compulsive de toute bonne Cuisinista n'est pas sans effets secondaires : Elle résulte notamment en un encombrement  incontrôlé bien que progressif de sa cuisine et de tous les placards adjacents (ou pas!): car lors de ses fréquentes crises compulsives elle arrive sans difficulté à se convaincre de la nécessité vitale d'un pèle-pomme, de l’intérêt  nutritionnel extrême d'un cuit-vapeur, du peu de place que prendra une machine expresso professionnelle haute comme un camion (et qu'importe s'il faut percer quelques trous ici ou la pour l'alimenter en eau, ce ne sont que des détails bassement techniques et secondaires) sans oublier les services incommensurables que lui rendrait un saucier électrique !


Ceci dit la Cuisinista reste très économe car elle achètera tout ce bazar d'occasion chaque fois que c'est possible (même si pour cela elle doit encombrer le salon de sa machine à expresso restée éventrée pendant 6 mois pour cause de rénovation), fabriquera elle même sa pierre à pain à base de mortier réfractaire, recyclera les vieux draps de l’arrière-grand mère pour confectionner une couche pour ses baguettes et cultivera même elle même son radis (quoi c'est pas de sa faute si y'en a qu'un qui a poussé quand même!?) afin de se rapprocher de l'autosuffisance alimentaire à laquelle elle aspire afin de sauver la planète.
Pour la tarte aux citrons hélas elle a du se procurer des agrumes venus du Maroc ou de je ne sais quelle contrée exotique, tout cela parce qu’on lui refuse sournoisement l'achat d'une serre de 8m par 12 dans laquelle elle pourrait faire pousser ses propres citronniers: La cuisinista est très souvent brimée par ses proches qui ne la comprennent pas (mais c'est un autre et vaste sujet sur lequel on reviendra)  !


Évidemment ses placards ne sont pas seulement encombrés de siphons, verrines, chalumeau et autres thermomètres à sonde, on y trouve également moultes denrées aussi étranges que vitales pour qu'elle puisse donner libre court à son inspiration culinaire du moment : Thé Wuloong d'altitude, Farine du Manitoba, fève de tonka, noisettes du Piedmont, graines de petit épeautre, sucre d'érable du Canada, algues en paillette des mers du sud, café vert des hauts plateaux éthiopiens et poivre de Sencho sont autant de couleurs indispensables à sa palette de peintre. Et je vous passe l'état du congélateur, il serait bien impossible d'arriver à y caser le moindre petit pois car il est inconcevable que la Cuisinista soit en manque de la moindre matière première en cas d'envie subite, et ce quelque soit l'heure ou la date : la créativité n'attend pas ! (et des petits pois il y en a déjà normalement...)

Parlons maintenant de son cahier de recettes, et la on touche la à l'insondable : Ce Saint-Cahier est accompagné de plusieurs montagnes de feuilles volantes où l'on peut lire aussi bien des recettes hautement sophistiquée trouvées sur le net que des théories aussi vastes que géniales sur la fermentation panaire ou les clefs régissant  des associations de gout ultra-secrètes. Ces recettes et autres recherches ne sont que très rarement recopiées sur le cahier puisque de toutes façons la Cuisinista ne les suit jamais: elle improvise, suit les chemins de traverses culinaires au gré des découvertes faites lors de l'exploration de ses placards. Et comme elle ne note pas les modifications au fur et à mesure et qu'elle a une mémoire de poisson rouge il lui est donc impossible de refaire à l'identique la moindre recette toute grandiose qu'elle soit, c'est la toute la beauté de la chose : on est dans le sublime de l’éphémère, de l'unique ! (de toutes façons même si elle notait les modifications, elle modifierait la fois suivante ce qui a été modifié donc bon... vous comprenez le problème !)



Voila, le portait est brossé et vous vous rendez compte maintenant que je n'avais pas menti: Yen a !

D'ailleurs vous l'aurez sans doute deviné: j'en suis !

Et il y a fort à parier que si vous avez lu ces lignes vous en êtes aussi au moins un peu, alors si vous êtes tombés ici en cherchant la recette de THE tarte au citron meringuée et bien dites vous bien qu'elle existe bien quelque part sur le net puisque je l'ai trouvée et elle est SUBLIME !   :p






Bon allez je ne suis pas vache, la recette c'est celle de Marie-Claire sur son excellent blog "du miel et du sel", que je vous conseille chaudement. La tarte est vraiment à tomber, n'attendez pas pour vous lancer (à condition bien sur d'avoir en stock le moule à tarte à fond amovible en tôle bleuie, les citrons de Menton, le chalumeau et le super-robot pour faire la meringue italienne : non-cuisinista s'abstenir ! ;) )  




2 commentaires:

anne-marie a dit…

J'ai bien ri ente lisant! je me reconnais! Bon c'est pas trop grave comme maladie.
Quoique ...l'encombrement des placards est quand même un problème crucial! Moi j'ai du mal à résister à l'achat de moules à gâteaux.j'ai lutté au moins 4 fois devant un petit moule à génoise tout mignon et je viens de craquer! Ben oui quand on est plus que deux le plus souvent,les moules ordinaires sont trop grands, il m'en faut des plus petits!!!!

Tarte-en-Cuisine a dit…

Ha mais tout à fait, c'était hautement indispensable, je te comprends et te soutiens à 100%. Quant aux placards je crois que tout simplement ils sont beaucoups trops petits CQFD !
j'ai encore vu des adorables petits pots a lait hier qui seraient parfaits détournés en saucieres individuelles, ce qui tu en conviendras est complètement indispensable à ma vie, et bien pas de place dans ces satanés placards: j'ai du renoncer snif! Je suis brimée c'est vraiment trop pinzuste... ;)

Enregistrer un commentaire

N’hésitez pas à laisser un petit mot ;)

Fourni par Blogger.
Blog contents © Tarte en Cuisine 2010. Blogger Theme by Nymphont.